• Thibault Lnr

La forêt au service du café et des Hommes


Chez La Tribu, en plus de commercialiser de délicieux cafés de spécialité bio et équitables nous sommes engagés dans des actions de préservation de l’environnement et de la biodiversité.


Notre raison d’être c’est le café équitable issus de l’agriculture biologique et plus particulièrement le soutien à l’agroforesterie.


Notre deuxième pilier, c’est la recherche de solutions de contributions écologiques visant à « compenser » les émissions de notre activité. En 2018, lors de la consultation citoyenne chargée de définir les composantes d’une marque « idéale et juste », que La Tribu serait chargée d’incarner, la notion de « compensation carbone » avait alors sans grande surprise fait largement consensus.


Depuis lors, compenser à 100% notre activité est devenu notre obsession.


En effet, nous sommes convaincus que le commerce Nord-Sud peut s’avérer être un véritable levier de préservation des sols et de la biodiversité mais il demeure une ombre au tableau, le transport des marchandises. Et si les flux de marchandises mondiaux compensaient leur empreinte carbone ? Ces millions de tonnes qui parcourent le monde (parfois pour quelques centimes d’absurdes économies), ne serait-il pas temps qu’elles compensent d’une manière ou d’une autre les émissions générées durant leur parcours ? Sur le principe notre réponse est évidemment OUI.

Quant aux calculs qui y mènent, c'est une autre histoire ! Faute de pouvoir les calculer avec précisions à ce stade, nous avons décidé de nous imposer une contribution écologique additionnelle à celle de nos filières bio.

Comment ? En agissant en faveur de la reforestation et ainsi lutter contre le changement climatique en absorbant du CO2.


Sur ce point notre partenariat avec l’ONG Envol Vert s’est très vite imposé comme une évidence.


La vocation d’Envol Vert ?

La protection de la forêt et le développement rural.

Depuis 2011, elle lutte pour la préservation de la forêt et de la biodiversité dans les zones les plus défavorisées comme le Pérou, la Colombie et même en France.

Concrètement, les équipes d’Envol Vert fédèrent et embarquent avec elles les populations locales pour favoriser leurs initiatives de préservation de l’environnement, participer à un développement rural soutenable et développer des alternatives économiques à la déforestation.

Inutile de vous rappeler la vitesse à laquelle nous rasons la forêt amazonienne au profit d’un agri-business toujours plus intensif, au Brésil et ailleurs, notamment au Pérou.

Nous avons nous-mêmes constaté cette triste réalité : des plantations intensives de fruits tropicaux sur des bandes de terre littéralement annexées à la forêt primaire voisine.

Dans les filières conventionnelles de café, le constat est similaire, la forêt laisse place aux rangées de plants d’arabica ou de robusta en plein soleil, le tout souvent arrosé de pesticides.

Vous vous demandez pourquoi le café bio et équitable est plus cher que le café conventionnel ? Ne cherchez plus.

Un contexte alimenté par des décennies de pratiques intensives au Pérou

Au Pérou, deux régions sont en particulier touchées par la déforestation, la région de San Martin et la région de Junin. Anciennement recouverte de forêts amazoniennes luxuriantes, elles ont été dévorées petit à petit par différents phénomènes causés, je vous le donne en mille : en grande partie par l’Homme.

La région de San Martin est principalement touchée par la monoculture intensive et par la surexploitation de la coca. Quant au département de Junin ce sont les systèmes d’agriculture trop agressifs hérités des colons qui ont détruit ce patrimoine naturel.

La bonne nouvelle c’est qu’Envol Vert a un plan :

Concilier le maintien de la biodiversité avec le développement de revenus pour la population rurale. Comment ? Grâce à l’agroforesterie.

Envol Vert s’est donc engagé dans une lourde tâche : un projet de reforestation en association avec des cultures de café.

Le projet a vu le jour en 2009 et permet ainsi de reboiser des terres avec des parcelles de café, voire de les reboiser totalement, quand elles sont trop dégradées.

Un projet qui garantit un revenu aux habitants tout en re-plantant des arbres, en voilà une bonne idée !

Les objectifs sont multiples et les bénéfices environnementaux sont juste énormes.

Restaurer les écosystèmes, préserver la ressource en eau, limiter l’érosion, favoriser la biodiversité, absorber le carbone, limiter la hausse des températures liée au réchauffement climatique, la liste des bénéfices est longue !


Grâce à ce programme de reforestation, les sols se régénèrent, les écosystèmes sont préservés et une forme d’agriculture biologique pratiquée en symbiose avec le milieu émerge.


Le modèle d’agroforesterie est donc une véritable solution pour régénérer les sols en leur rendant leurs valeurs nutritives et productives.


Qui dit valeur productive et nutritive, dit valeur…

Tout d’abord, cette pratique permet donc d’augmenter les revenus des paysans en amplifiant la valeur de leurs terres à long terme, leur évitant ainsi de migrer vers de nouvelles zones de forêts vierges.

D’autre part, quand les terres sont complètement dégradées et inexploitables, elle permet de recréer des espaces de friches qui seront à nouveau productifs.

Ensuite, l’autre secret de ce programme, ce sont les espèces d’arbres sélectionnées pour faire de l’ombre aux caféiers.

Les espèces données aux agriculteurs pour les plantations ont beaucoup plus de valeurs que celles plantés habituellement.

Une plus grande valeur écologique d’une part puisque ceux sont des essences locales, et de valeur économique d’autre part puisque ce sont des espèces rares à croissance lente et donc haute valeur commerciale. En d’autre termes, ces arbres constituent les futures retraites des agriculteurs.


Vous en conviendrez, le système d’agroforesterie est intéressant sur tous les plans.

La valeur des terres augmente grâce au prix des arbres et la productivité croît grâce à la meilleure qualité des sols.

Tout le monde est gagnant et le bilan très encourageant !

Sur le terrain Envol Vert garantit la présence d’agronomes auprès des agriculteurs.

Leur rôle consiste notamment à s’assurer de la bonne santé des arbres, aider les coopératives agricoles partenaires à obtenir des certifications et enfin les assister dans la recherche de débouchés à la vente de leurs arbres.

Depuis 2011, environ 1372 hectares ont été reboisés en agroforesterie soit 129 000 arbres plantés. 700 familles de producteurs ont bénéficié des plants pour le reboisement et ont participé à différentes journées de formations et de sensibilisation en lien avec les pratiques d’agroforesterie et l’importance de la préservation des écosystèmes.

Pour opérer, l’ONG à besoin de financer l’entretien des plantations et l’achat des arbres nécessaires à la replantation et au remplacement des arbustes.


Le rôle de La Tribu

Nous soutenons à notre échelle Envol Vert et plus particulièrement le projet Agroforesterie et café au Pérou depuis Août 2019.

Pour chaque kilo de café bio et équitable vendu, La Tribu reverse ainsi une partie de sa valeur (= 0,10 centimes par kilo de café importé) à un fond dédié à ce programme.

Cette prime est totalement indépendante et externe à notre filière. Nous tenons à insister sur ce point car c’est ainsi que nous en garantissons son caractère « additionnel » et créons ainsi une véritable externalité positive à notre activité.

Elle intervient donc en supplément de la prime qualité, de la prime équitable et enfin de la prime bio qui constitue le prix de minimum 2,2$/lb de café bio et équitable payé aux producteurs de la coopérative.

Ainsi nous avons un double impact en amont, d’une part en commercialisant aux consommateurs français une café bio d’exception issu d’une filière bio agroforestière mature, mais également en soutenant la nécessaire activité d’Envol Vert qui forme et convertit les producteurs d’autres filières à cette pratique d’avenir : l’agroforesterie.

C’est ça un café idéal et juste !


#uncafepourchangerlemonde